La cystite : un problème gynécologique

Cystite

Publié le : 20 septembre 20226 mins de lecture

Très souvent d’origine infectieuse, la cystite se traduit comme une inflammation de la vessie. Elle touche principalement l’appareil urinaire bas. Cette maladie touche surtout les femmes. Si la vessie et l’urètre sont les points les plus concernés par le trouble, il est possible de le localiser au niveau de la pyélonéphrite et de l’urétrite.

Définition et symptômes de la cystite

La cystite est une infection urinaire qui atteint la vessie. Elle peut être une infection urinaire chronique et ou aiguë. Relativement bénins, les stades de cystite risquent de devenir inquiétants s’ils se répètent plus de deux à trois fois par an, s’accompagnent de fièvre ou de douleurs intenses pouvant engendrer des complications ou touchent une femme enceinte. Les premiers symptômes surviennent de manière brutale avec une envie fréquente d’uriner le jour comme la nuit. Les urines sont pourtant limitées à quelques gouttes. Ces signes peuvent s’accompagner de brûlures mictionnelles au moment d’uriner et de douleurs en haut du pubis. Du sang est parfois repéré dans les urines. Souvent troubles, celles-ci ont généralement une mauvaise odeur. En cas de cystite à répétition, consultez immédiatement un professionnel de santé. Plus fréquente chez la femme, la cystite peut survenir pendant une grossesse. Les femmes enceintes sont les plus susceptibles d’être affectées par le trouble. En cas de douleur cystite aigue, une consultation médicale est recommandée pour recevoir les soins nécessaires. Le professionnel de santé prescrit souvent un traitement antibiotique. Sachez que la maladie peut déclencher un accouchement prématuré ou une complication de l’infection urinaire. En tout cas, une consultation médicale est vivement recommandée si les symptômes persistent pendant 48 heures, surviennent lors d’une grossesse ou s’accompagnent de fièvre. La prise en charge à temps limite les difficultés à l’exemple de la pyélonéphrite aiguë.

Causes et diagnostic de la cystite

Les bactéries responsables de la cystite à répétition est généralement d’origine intestinale. Les femmes étant les plus sujettes au trouble, cela s’explique par la proximité de l’anus avec le vagin et les voies urinaires. Un manque d’hydratation et d’hygiène peut aussi déclencher cette infection. Un mauvais essuyage du vagin (vers l’avant) après la selle risque également de causer la cystite. Cette habitude peut développer la contamination bactérienne de l’urètre. Très souvent réalisé durant un examen clinique, le diagnostic d’une cystite aiguë simple est complété par une bandelette urinaire. Celle-ci permet de repérer les nitrites et les globules blancs présents dans les urines. La présence de germes sera confirmée par un Examen Cytobactériologique des Urines (ECBU). Ce bilan affirme la présence effective des bactéries. Pour une infection urinaire à répétition, d’autres examens à l’instar d’une échographie sont indispensables pour localiser une probable malformation des voies urinaires. Dans le cas d’une cystite aiguë simple, les symptômes se dissipent dès le suivi d’un traitement antibiotique. Aucune surveillance spécifique ne sera alors nécessaire. Pratiqué en cas de suspicion d’infection urinaire, l’ECBU requiert une prise et une analyse d’urines. Si celles-ci contiennent une forte concentration de leucocytes, la présence d’infection est confirmée.

Les types de cystite

Désignant une infection urinaire limitée à la partie basse du système urinaire, la cystite aiguë est une appellation courante de l’infection. Dans ce cas, le trouble n’atteint pas le rein. L’Escherichia Coli est très souvent le germe responsable de la cystite aiguë. La cystite compliquée touche principalement les hommes, les femmes enceintes, les femmes de plus de 65 ans, les patients diabétiques et victimes d’immunodéprimé. Elle doit être diagnostiquée par une échographie de la vessie et des reins. Une cystographie à distance peut même s’avérer nécessaire pour localiser une atteinte des reins, de la prostate ou une anomalie du système urinaire. Considérée comme une forme rare de l’infection, la cystite interstitielle affecte particulièrement les femmes. Elle engendre des douleurs répétées et très aiguës au niveau de l’urètre et de la vessie. Ce symptôme s’accompagne souvent d’envies fréquentes d’uriner. Encore méconnues, les causes de la cystite interstitielle sont encore floues. Les professionnels de santé s’efforcent à soigner la pathologie sans être capables de la combattre pour le moment. Survenant plus de 3 fois par an, la cystite récidivante a des symptômes identiques à ceux d’une cystite simple. Sa fréquence anormale dégrade pourtant la qualité de vie du patient. Les principaux facteurs retenus sont le problème d’incontinence et la fréquence des rapports sexuels. Leur traitement permet de soulager les symptômes.

Prévention et traitement de la cystite

Certains gestes comme les bonnes habitudes d’hygiène et le port de sous-vêtements adaptés permettent de prévenir la cystite. La bonne hydratation et l’alimentation saine défavorisent la formation de l’infection. En cas de détection de la maladie après un examen gynécologique, la personne atteinte de cystite doit souvent suivre un traitement antibiotique. Celui-ci est complété par un repos et une consommation de boissons spéciales à l’instar de tisanes urologiques. L’alimentation du patient doit inclure une bonne dose de vitamine C et des airelles. Ces dernières sont réputées pour leur pouvoir anti-inflammatoire élevé. Le renforcement du système immunitaire est indispensable en cas de cystite.

Plan du site